Hier encore, j’avais 15 ans,

De l'importance de raconter son histoire

L’angoisse

Si vous êtes comme moi, parent d’un ado de 15-16 ans, vous savez l’angoisse de la 1ère orientation décisive. Alors vous comparez :
– « Moi à ton âge…
– oui, parlons-en tiens, de toi à son âge !
– ok, je vous raconte :

Moi à 15 ans, je savais fichtre rien de ce que je voulais faire et pourtant, je me souviens avoir répondu à mon prof de français, qui me posait la question : Je veux devenir publicitaire ! Il faut dire qu’à l’époque, je baignais dans la Culture Pub et m’imaginais adulte en Angela Bower (avec le même « homme à tout faire » et surtout à la tête de ma propre agence).
Et puis j’ai grandi avec l’idée (fausse) que pour « être publicitaire », il fallait habiter Auteuil, Neuilly ou Passy et passer par des boites privées, Sciences-Po, ENA ou HEC. Je serai donc prof d’histoire-géo. Et alors que le tourbillon de la vie allait me propulser Responsable de Rayons à durée indéterminée dans une célèbre Librairie lilloise, je découvre la formation de Conceptrice-Rédactrice : j’avais (re)trouvé ma voie.

(NOTE à l’intention des moins de 35 ans : Angela Bower est l’héroïne de la série américaine à succès « Madame est servie ». Une Working Woman talentueuse, sorte de fille spirituelle de Peggy Olson, la secrétaire devenue D.A dans l’autre série américaine Mad Men).


Et voilà, comment en 2 temps-3 mouvements, je partage avec vous un moment particulier de mon existence. Ce qui m’amène à mon propos du jour : de l’importance de se laisser aller à la confidence, de raconter son histoire (le fameux Storytelling dans le jargon com’) pour qu’il y ait rapprochement, partage, échange et surtout – si vous ne disposez que d’un point de contact virtuel avec votre clientèle – pour créer un lien plus émotionnel, plus affectif, plus humain.

Les grandes marques usent et abusent de ce procédé depuis longtemps déjà, pour transmettre leurs valeurs et se donner une bonne image. Et vos (futurs) clients, s’ils recherchent une offre, un produit, un service, ils aspirent de plus en plus à pouvoir s’identifier aux professionnels à qui ils accordent leur confiance. Alors, dans la story de votre site web, dans vos posts réseaux GO GO GO, à vous de jouer !!! C’est l’un des leviers, sinon LE levier pour lever une communauté et affirmer votre statut d’entreprise proche, connue, locale à l’opposé des sites marchands made in bout du monde !


« Oui, pour toi c’est facile Aline, mais moi je n’aime pas parler de moi et je raconte quoi ? Et par où je commence ? »

D’abord, allez chercher l’inspiration auprès des marques que vous suivez par exemple. Ensuite, le plus simple c’est de raconter votre histoire, celle à l’origine de votre entreprise, votre projet. Mais rien ne vous oblige à respecter un schéma narratif classique qui commencerait en enfance ou au début de votre vie professionnelle. Votre présentation peut contenir une citation issue d’un roman, d’un film, d’une chanson, d’un personnage célèbre… Elle peut débuter par une anecdote ou se présenter sous la forme d’un dialogue.
Soyez créatifs. Soyez vous ! Restez fidèles à vos valeurs ou à celles de votre entreprise.
Et dans la forme, privilégiez le présent, les phrases courtes et dynamiques, pensez aux intertitres. Donnez du rythme !

Et si définitivement, vous n’êtes pas à l’aise avec la présentation sous la forme d’un récit, tout simplement parce qu’elle ne vous ressemble pas (elle n’est ni à votre image, ni à celle de votre entreprise), changez, innovez ! La photo, l’illustration scénarisée, la vidéo, peuvent être des contenus narratifs tout aussi efficaces.
L’essentiel est d’être cohérent dans le fond et dans la forme avec vos valeurs de marque.
Créez l’envie de vous lire jusqu’au bout pour susciter la curiosité d’en savoir plus sur vous, lors d’une prise de contact cette fois bien réelle.

(Sous le soleil exactement ! remercie pour leur participation involontaire mais ô combien déterminante : Charles Aznavour, Judith Light, les Inconnus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *